Portage salarial ou temps partagé, que choisir

Que choisir entre portage salarial et temps partagé ?

Parmi les formes nouvelles d’emploi, on évoque très souvent le portage salarial et les groupements d’employeurs comme deux formes « hybrides » permettant de concilier le recours à une main d’œuvre externe à l’entreprise et la sécurisation des parcours via le salariat. Dans les deux cas, une relation tripartite est établie entre l’entreprise, un tiers employeur, et le salarié. Pour autant, ces deux modèles sont très différents dans leur usage et leur mode de fonctionnement. Rapide tour d’horizon !

Qu’est ce que le portage salarial ?

Apparu en France au milieu des années 1980, le portage salarial s’est présenté à l’origine comme une alternative à la création de sociétés unipersonnelles. Le principe est simple : les sociétés de portage salarial se proposent de convertir les honoraires de travailleurs indépendants en salaire, moyennant une contribution financière établie en pourcentage. En échange, ces sociétés proposent bien souvent une gestion administrative, ainsi que des ressources (type locaux), des outils (documents types) et des actions de formation. L’intérêt est double : les avantages du « salariat », mais également la « décharge » de l’aspect administratif et comptable l’activité du salarié porté : celui-ci démarche ses clients, négocie les contrats et les conditions de son intervention et conserve l’entière maîtrise de son travail. En revanche, les documents commerciaux sont établis au nom de la société de portage qui met le « salarié » à disposition du client, facture la prestation, perçoit les honoraires, règle les charges fiscales et sociales. La rémunération du salarié « porté » est établie en fonction de son chiffre d’affaires net, après déduction des charges et d’une commission correspondant aux frais de gestion.

 

Qu’est ce qu’un groupement d’employeurs

Apparu à la même époque, les groupements d’employeurs sont issus du monde agricole. Le principe est le suivant : des entreprises se regroupent pour se partager du personnel saisonnier (ou mis à disposition de manière hebdomadaire) Le Groupement d’Employeur est donc l’entité qui porte ces contrats. De nature associative (composée d’entreprises adhérentes) les groupements d’employeurs se chargent du recrutement de leurs salariés, de la mise à disposition de ceux-ci auprès des entreprises adhérentes, moyennant une facturation à taux horaire. L’intérêt : répondre aux besoins de personnel flexible (saisonnier, temps partiels hebdomadaire) tout en assurant une stabilité pour le salarié, en mutualisant les besoins non permanents pour en faire des contrats temps plein longue durée (CDI ou CDD longs) Concrètement, un salarié de groupement d’employeurs pourra travailler – par exemple – les 6 premiers mois de l’année dans l’entreprise A, et les 6 derniers mois dans l’entreprise B.

Comment choisir ?

Le Groupement d’employeurs – quelques spécificités

  • La Mutualisation des besoins

Le principe du groupement d’employeurs est avant tout le partage de personnel. C’est en mutualisation les besoins des entreprises que le groupement d’employeurs peut proposer des salariés à temps partagé. L’avantage pour l’entreprise : elle ne paie que le coût réel d’utilisation des compétences mises à disposition.

  • La Récurrence

Le recours à un groupement d’employeur se justifie en cas de besoin récurrent. Contrairement au portage, qui est plus dans une logique de « mission », le salarié d’un GE s’engage sur la durée, pour occuper un poste préalablement défini au sein d’un service, selon des modalités précises ( deux jours par semaines, six mois par ans, etc..).

  • La Fidélisation du personnel

L’une des principales plus-values du groupement d’employeurs réside, justement, dans la fidélisation de son personnel. Le salarié mis à disposition revient dans l’entreprise chaque année, connait son environnement de travail, connait les équipes. Il intègre une structure et réagit comme un salarié interne de l’entreprise.

  • Un coefficient de facturation (taux horaire)

Le groupement d’employeurs établit une facturation par rapport à un taux horaire (à l’image de l’intérim). L’entreprise s’engage donc sur un volume d’heure de travail à l’année.

  • Profils type : variés, mais dépendant des possibilités de « maillage »

Longtemps cantonné à la mise à disposition de personnel très opérationnel, le groupement d’employeurs propose de plus en plus de salariés à temps partagé pour des missions transversales ( RH, communication, informatique, QSE…) le GE dispose donc d’une large palette de métiers, avec pour seule contrainte la possibilité de « maillage » (c’est-à-dire la capacité pour le groupement d’employeur de fédérer plusieurs entreprises ayant le même besoin pour composer un emploi sur la durée.)

 

 

Comment choisir ?

 

Spécificités du portage salarial

  • Une Prestation de service (relation commerciale)

Le rapport du salarié « porté » à l’entreprise est tout à fait différent de celui du salarié d’un groupement d’employeurs. D’abord, parce que le salarié « porté » doit démarcher lui-même commercialement les entreprises, et que celles-ci – de fait – s’engagent dans une relation de «client – prestataire ».

Ensuite parce que cette relation implique une obligation de résultat par rapport à une mission donnée. La relation de l’entreprise avec le salarié porté est donc une relation « ponctuelle », formalisée par un début de mission et une fin de mission, par opposition à la « relation durable » représentée par le groupement d’employeurs

  • Des profils type « consultants », cultivant leur indépendance

Les « salariés portés » sont avant tout des consultants, qui apportent leur expertise métier aux entreprises, dans le cadre d’une relation commerciale. Il s’agit exclusivement d’un apport de compétences sur un domaine qui ne fait pas partie de l’exploitation courante de l’entreprise cliente. De fait, il n’y a aucun lien hiérarchique entre le « salarié porté » et les représentants de l’entreprise. Cette forme d’externalisation est avantageuse pour l’entreprise : qualité, efficacité, risque réduits sont autant d’atouts relatifs au portage. Par ailleurs, on constate que les profils de « salariés portés » sont souvent des profils « expérimentés » ayant fait le choix de l’indépendance par rapport à l’embauche directe dans une entreprise.

  • Une typologie de métier variée (intellectuelle ou manuelle) y compris la formation professionnelle continue

Il n’y a pas de limitation concernant les types de métiers accessibles au portage salarial. L’expertise, la compétence, l’expérience dans quelque domaine que ce soit peut être adaptée au portage salarial. Sachez également que vous pouvez avoir recours à des consultants en portage salarial, y compris pour dispenser des formations dans le cadre de la formation professionnelle continue.

  • Des prestations négociées rémunérées en honoraires

Enfin, l’une des principales différences avec les salariés du groupement d’employeurs réside dans le mode de facturation. Pour recourir aux prestations d’un salarié porté, vous aurez la possibilité de négocier directement  avec celui-ci le montant de ses honoraires pour la mission définie. Une fois l’accord passé, la société de portage éditera la facturation. Ce mode de fonctionnement permet de s’engager, moins sur un volume d’heures, que sur la réalisation d’un projet, et le respect du cahier des charges préalablement identifié (qualité, délais, opérationnalité…) Ceci offrant une garantie à l’entreprise.

logo

Contactez-nous

Réponse sous 48h Prendre contact